Introduction
Classification
Morphologie
Ecologie
Interactions
Fossile
Qui suis-je ?
Identification
Liste des espèces
Glossaire
Partenaire
Liens
Contact
La majorité des échinodermes a une reproduction sexuée avec émission des produits génitaux dans l'eau de mer. La fécondation est donc externe. Certains échinodermes ont un mode de reproduction asexuée qui se fait par scission de l'organisme suivie de la régénération de la partie manquante.

Après la fécondation des oeufs, le développement des échinodermes s'effectue de manière indirecte et présente de ce fait un stade larvaire. Ainsi, la larve qui éclôt se nomme gastrula. Cette larve nage et se transforme en une autre larve pélagique appelée Dipleurula. Cette dernière donnera les larves propres pour chacune des classes d'échinodermes : echinopluteus chez les échinides (oursins), bipinnaria et brachiolaria chez les astérides (astéries), ophiopluteus et vitellaria chez les ophiurides (ophiures), doliolaria (larve en tonnelet) pour les crinoïdes, auricularia, doliolaria et pentactula chez les holothurides (holothurie). Ces larves dont le mode de vie est généralement planctonique, ont une symétrie bilatérale et se métamorphosent en un juvénile pentaradié.

Certains échinodermes antarctiques et tropicaux présentent des phénomènes d'incubation. L'incubation s'effectue au travers de différentes modalités, les plus fréquentes étant la présence de marsupia (dépression du squelette) ou de poches tégumentaires souvent localisées près des gonades. L'incubation se traduit par un développement direct. En effet, il y a absence de stade larvaire libre.

Pour plus d'informations : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/oursinMDC